JULIEN AMILLARD

WORKS

TXT

BIO / CV

CONTACT

OH DEAR OH DEAR I SHALL BE LATE

Action dans le métro Schuman

Bruxelles, 2011

La pièce "Oh dear! Oh dear! I shall be late!" est une action artistique.

Elle consiste en la diffusion de l'information donnée par les journaux officiels (papiers ou télévisés) avec un décalage de quinze jours.

Rien ne diffère entre le journal d'un jour et sa diffusion quinze jours plus tard. Rien, hormis une bande passante. Sur cette bande arborant le logo "Alerte info" défile un extrait d'Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll. Cet extrait est celui au début du récit, lorsqu'Alice, somnolente, aperçoit un lapin blanc dire qu'il est en retard…

 

La première monstration de cette action fut dans l'arrêt de métro Schuman à Bruxelles dans lequel le journal Métro fut redistribué avec un décalage d'un mois.

 

La seconde monstration fut dans les bars de Belfort où les journaux télévisés de France 3 Belfort-Franche-Comté du 25 octobre au 1 novembre furent diffusés du 15 au 22 novembre 2017.

Ces lieux n'ont pas été choisis au hasard mais bien pour leur raison d'être : un espace de rencontre, d'échange, de repos et de temps pour s'informer. Naturellement, de par son caractère non spectaculaire, l'activation des journaux télévisés n'entraîna aucun bouleversement pour le public venu boire son café… Et pourtant, au passage du bandeau "Alerte info" où était inscrit l'extrait d'Alice au pays de merveilles, il y eut des interrogations et plusieurs spectateurs demandèrent  au bar s'ils savaient ce que c'était. Le protocole de l'œuvre insiste sur le fait de ne pas communiquer sur l'action mais de laisser celle-ci se déroulait comme d'habitude. Les serveurs étaient donc tenus au silence et les interrogations quant à cette phrase qui revenait restèrent sans réponse.

Mais, avec ce bandeau, une disruption s'opère. D'un seul coup, le spectateur regarde, lit véritablement ce qu'il se passe et se retrouve à se demander si ce qu'il regarde est d'actualité, a un quelconque intérêt, quel est ce lapin énonçant son retard ?

Ce lapin blanc, c'est l'actualité, quelque chose que l'on suit sans même s'en émouvoir mais suivons quotidiennement, une habitude, un rituel.

 

En effet, nous ne suivons pas tant les journaux télévisés pour nous informer que par habitude, pour pouvoir en discuter le lendemain, pour rester connecté à notre tissu social. Par ailleurs, le rendez-vous du 20h n'existe qu'en France. Dans d'autres pays (même européens), personne ne va religieusement regarder les informations de 20h.

Cette "messe" est donc plus importante que ce qu'elle dit. L'individu ne suit les informations que par habitude, dans un rite quotidien qu'il ne questionne plus.

Dès lors, l'action "oh dear", par son aspect non spectaculaire peut sembler dérisoire, voire rassurer car le rite de l'information est toujours présent.

Mais un malaise se diffuse avec ce lapin qui est en retard.

Aussi, qui est retard ?  Le spectateur, l'information ? Cela ne demande pas de réponse ferme mais questionne justement notre rite.

 

Cette perturbation est par ailleurs appuyée par l'édition d'un magazine télé proposant programmes, jeux, horoscopes et connotant toujours  le retard et le questionnement d'où et quand nous sommes. Ce magazine télé n'est pas là pour expliquer l'action mais pour accentuer l'activation de notre regard envers ces journaux télévisés.  Cette édition est donc un indice supplémentaire.

 

L'œuvre est donc une action sur laquelle personne ne doit communiquer et avec laquelle, sans pour autant s'en rendre compte, le spectateur prendra rendez-vous.

WORKS