JULIEN AMILLARD

OH DEAR OH DEAR I SHALL BE LATE

Action dans le métro Schuman

Bruxelles, 2011

Le projet `Oh dear! Oh dear! I shall be late!’ est en retard.

Le projet `Oh dear! Oh dear! I shall be late!’ est toujours en retard.

Le temps que le projet `Oh dear! Oh dear! I shall be late!’ tente de rattraper est un temps que tout le monde essaye de gagner : temps séparant les distances, temps de l’information.

 

S’installant dans le métro bruxellois, ce projet court pour se recoller au temps présent.

 

Après avoir collecté les journaux Métro durant un mois, ceux-ci sont remis à leur place un mois plus tard.

Ainsi l’utilisateur du métro lisant quotidiennement son Métro se retrouve en ce jour avec des informations relatives au mois précédent.

 

Cette simple action provoque donc un décalage dans le rapport quotidien que nous entretenons  avec l’information, le temps d’une information, notre temps.

The project `Oh dear! Oh dear! I `shall be late! ' is late.

The project `Oh dear! Oh dear! I `shall be late! ' is always late.

By the time the project `Oh dear! Oh dear! ! I `shall be late 'attempts to catch up is a time that everyone tries to win: time separating distances, time information.

 

Settling in the Brussels metro, the project runs to catch up with the present.

 

After collecting the Metro newspaper for a month, they are put in their place a month later.

Thus Metro user reading his daily Métro is found today with information relating to the previous month.

 

This simple action therefore causes a shift in the daily report that we have with information, the time information, our time.

 

WORKS